mardi 6 septembre 2011

La Lune des mutins - David Weber

Auteur : David Weber
Editeur : L'atalante
Pages : 378
Prix : 18€

Pour le capitaine Colin Mac-Intyre de la NASA, l'histoire commence par un vol d'essai autour de la Lune, en ce milieu du XXIe siècle. Pour Dahak, vaisseau de guerre du Quatrième Empirium, elle a débuté cinquante millénaires plus tôt, par une mutinerie à son bord et le débarquement forcé de tout son équipage sur la Terre. Une mutinerie jamais résolue à ce jour. Or une menace insoupçonnée pèse sur la Terre : à intervalles de millions d'années, une espèce non humaine opère des raids destructeurs systématiques à l'échelle de la Galaxie, dans le but d'éradiquer toute intelligence concurrente. Il se pourrait que nous soyons à l'aube d'un de ces raids. Mais, pour y faire face, il s'agit d'abord de vaincre les mutins qui ont survécu dans l'ombre au cours des siècles... Roman complet, La Lune des mutins forme le premier volet d'une trilogie.

Aux alentour de 2030, le commandant Colin Mac-Intyre, découvre en volant autour de la lune que ce bon vieux satellite est en fait un vaisseau spatial en orbite autour de notre planète depuis 50 000 ans et qu'une mutinerie a laissé déserté. Ce faisant, Colin Mac-Intyre se retrouve impliqué dans un conflit millénaire entre un empire galactique, les fameux mutins qui vivent cachés sur notre planète et une race d'extra terrestres belliqueux. Dit comme ça, ça ne fait pas très original et effectivement ça ne l'est pas. Les connaisseurs vous diront même que c'est un plagiat honteux de Perry Rhodan. N'ayant jamais lu un livre de la série, je leur fais confiance sur ce point. Mais qu'importe l'originalité qui de toute façon est souvent absente des space opéra, si c'est bien écrit avec des bons personnages et un bon suspens, ça peut le faire. Hélas, les personnages ne sont que stéréotypes et ennuis. Colin Mac-Intyre n'a aucun charisme, il se contente de subir les évènements sans se poser de questions. C'est le plus naturellement du monde qu'il admet que la lune est en fait un immense vaisseau spatial et en moins de cinquante pages, ce monsieur propre passe du statu de cosmonaute lambda à sauveur de la galaxie sans que ça lui défrise la mise en plis... Quant au style, il fait la part belle aux sentiments en guimauve, aux dialogues crétins et à la psychologie de comptoir. Ce n'est que bavardages et scènes explicatives bien trop longues. Lassé d’attendre des scènes d'action qui se refusaient à moi et saoulé par tant de bêtise, j'ai abandonné ce brave commandant Mac-Inyre et ses ptis copains à la page 208. Et dire que ce livre n'est que le premier tome d'une trilogie. Autant de vide étalé sur autant de pages me laisse sans voix.

CITRIQ

Challenge Summer Star Wars Episode V

2 commentaires:

Guillaume44 a dit…

Tiens par contre lire le tome 1 de Perry Rhodan : bonne idée.

Pitivier a dit…

Je verrais ca peut etre l'annee prochaine. Là j'ai ma dose de Space Op pour quelque temps.

Enregistrer un commentaire

Attention : Tout commentaire Anonyme sera systématiquement effacé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.