samedi 27 août 2011

2010 : Odyssée deux - Arthur C. Clarke

Auteur : Arthur C. Clarke
Editeur : J'ai lu
Pages : 283
Prix : 6,00€

Neuf ans après l'odyssée de l'espace, une nouvelle navette s'élance dans l'espace. A son bord, des Russes et des Américains bien décidés à rapporter à la Terre les réponses attendues.

Cela fait maintenant neuf ans que le contact avec Discovery One et le cosmonaute David Bowman a été perdu sur cette dernière phrase "Oh ! mon Dieu ! C'est plein d'étoiles !". Qu'est il advenue de David Bowman ? Pourquoi HAL est soudainement devenu meurtrier ? A quoi sert ce second monolithe gigantesque en orbite autour de Jupiter ? Une mission de secours russo-américaine est envoyée vers la géante gazeuse. Elle devra tenter de répondre à toutes ces questions. A son bord, en compagnie d'un équipage russe, le Docteur Chandra, concepteur de HAL, le Docteur Walter Curnow, concepteur de Discovery One, et le Docteur Heywood Floyd qui a fait partie de l'équipe ayant découvert le premier monolithe, AMT-1, sur la lune.

2010 n'est pas vraiment une suite de 2001, le livre, mais de 2001, le film. En effet, Clarke fait table rase de toutes les différences qu'il pouvait y avoir entre les deux œuvres pour coller au plus près du film. Ainsi, Discovery One n'est plus en orbite autour de Saturne mais bien de Jupiter. Faut il y voir de la part de Clarke un quelconque désaveux de son livre ? Je ne suis pas loin de le penser. Quoi qu'il en soit cette suite qui me laissait au départ assez sceptique, car pas franchement utile et plutôt commerciale, est une bonne surprise. Le roman se focalise autour des trois protagonistes américains, le Docteur Heywood Floyd ayant quand même un rôle plus important que ses deux autres concitoyens, et commence de manière classique. Au départ les enjeux sont simples : comprendre ce qu'il s'est passé neuf ans plus tôt à bord du Discovery One. Mais lorsque David Bowman, devenu l'enfant lumière, stade ultime de l'évolution, réapparait et se manifeste par l’intermédiaire d'Eywood Floyd, l'histoire va prendre une autre tournure. Et si certaines questions laissées en suspend à la fin de 2001 vont trouver une réponse, de nouvelles vont se poser.

Si 2010 est plutôt une réussite c'est à mon avis avant tout parce que Arthur C. Clarke n'essaye pas un seul instant de faire de cette suite l'égale de 2001. On est là avant tout dans une œuvre de divertissement, un roman à grand spectacle. Le ton est beaucoup plus léger, Clarke se permet plusieurs clins d’œil humoristiques à des classiques de la science fiction (Star Wars et Alien) et certains personnages sont clairement là pour détendre l'atmosphère (Curnow). Cela n’empêche par l'auteur de se montrer sérieux de temps en temps et de rester fidèle à son approche hard sf modérée. L'histoire se passant en grande partie autour de Jupiter, Clarke ne se prive pas pour nous décrire en long en large et en travers la planète géante et ses lunes galiléennes parmi lesquelles Io et Europe qui font l'objet de plus d'attention de la part de l'auteur. La première, magnifique et infernale, est le cadre de scènes splendides de part son volcanisme extrêmement actif. Arthur C. Clarke explique également très bien la relation particulière que Jupiter et son satellite entretiennent. Quand à la seconde, monde glacé cachant un océan sous plusieurs kilomètres de banquise, elle va se révéler importante, non seulement dans ce livre mais dans ses suites également. Arthur C. Clarke se fait l’apôtre des théories qui font d'Europe l'endroit du système solaire, après la Terre bien sur, où la vie a le plus de chances d'exister. Ses explications, jamais fastidieuses, sont passionnantes et parfaitement compréhensibles par le profane que je suis.

Au rayon des défauts, rien de bien rédhibitoire. Il est juste dommage que certains personnages soient à la limite de la caricature (le Dr Chandra par exemple). J'ai également eu du mal à complètement adhérer à la fin qui est un poil too much pour moi mais qui ouvre pas mal de possibilités pour la suite. Enfin, j'aurais aimé que HAL soit un peu mieux exploité. Clarke ne parvient pas totalement à convaincre que son super ordinateur soit doué de conscience. Cela n’empêche cette deuxième odyssée de fonctionner et d'être un excellent divertissement intelligent et d'un dépaysement total.

CITRIQ

Ils en parlent également : El Jc, Anamor

Challenge Summer Star Wars Episode V

4 commentaires:

Anudar a dit…

C'est aussi l'un des épisodes que je préfère dans la série.

J'attends avec impatience de voir ce que tu vas dire de "2061". Pour "3001", bah... On verra bien :P ...

imrryran a dit…

Je crois bien que tout ce que tu dit de ce livre s'applique aussi au film qui en a été tiré.

Pitivier a dit…

Je n'ai jamais vu 2010. toute les éditions DVD qui existent sont parait il mauvaises. Mais pourquoi pas se rattraper avec le blu-ray si je le trouve à un prix réduit.

Imrryran a dit…

Je l'avais vu sur VHS en location, disons que ça date un peu et que forcément la qualité n'était pas au top... Tu peux très clairement t'en passer, à part la paternité de 2001 il n'a rien de très remarquable et ne justifie pas le prix du blu-ray.

Enregistrer un commentaire

Attention : Tout commentaire Anonyme sera systématiquement effacé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.