vendredi 18 février 2011

Darwinia - Robert Charles Wilson

Editeur : Folio SF
Pages : 444
Prix : 8,90€

Mars 1912, l'Europe et une partie de l'Angleterre disparaissent subitement, remplacées par un continent à la faune et à la flore non terrestres que l'on ne tarde pas à nommer la Darwinie. Pour le jeune Guilford Law, cette tragédie n'a rien d'un miracle ou d'une punition divine ; plutôt une énigme que la science pourra un jour résoudre. Fort de cette certitude, il va tout sacrifier pour faire partie de la première grande expédition d'exploration destinée à s'enfoncer au cœur du continent inconnu ; une expédition qui, de mort violente en mort violente, le mènera plus loin qu'il ne pouvait l'imaginer...

Darwinia part d'une très bonne idée. Une nuit de 1912, toute l'Europe est remplacée par un continent vierge et sauvage. La géographie est globalement la même mais la faune et la flore sont totalement différentes. Alors qu'en ce début de 20eme siècle, la religion est en perte de vitesse à cause, entre autre, de l'accroissement des connaissances scientifiques, bon nombre de personnes expliquent cette transformation par une intervention divine comparable au déluge. Ils parlent même de Miracle.
Au début des années 20, une expédition est organisée pour explorer ce continent en remontant le Rhin en bateau. Leur but est de percer le mystère des origines de la Darwinie, nom donnée à cette nouvelle Europe. Mais l'expédition tourne mal. Des membres d'équipage meurent et Guilford Law, un des derniers rescapés va découvrir l'incroyable vérité...

L'idée était franchement alléchante et pouvait donner lieu à un grand roman d'aventure à la Jules Verne, un hommage à 20 000 lieux sous les mers ou voyage au centre de la Terre avec en toile de fond une confrontation entre la science et la religion. Malheureusement, il n'en est rien et l'auteur part sur une toute autre direction. L'exploration de la Darwinie est en fait assez rapidement expédiée et ne sert que d'introduction à la véritable histoire de ce livre qui est une sorte de lutte entre le bien et mal noyée dans une intrigue inutilement compliquée et poussive.

Pendant les 3/4 du roman, Robert Charles Wilson nous raconte en fait trois histoires. Celle de Guilford Law donc, celle de sa femme et sa fille à Londres et celle d'un médium aux Etats Unis. Les trois histoires sont censées se rejoindre à un moment donné pour former un tout cohérent. Hors il n'en est rien. L'histoire de la femme et celle du médium n'ont finalement que très peu d'intérêt et viennent hacher le récit principal qui du coup ne trouve jamais son rythme et n'emporte jamais le lecteur dans ce monde étrange qu'est la Darwinie. De plus, le roman est régulièrement interrompu par des interludes qui dans un langage exagérément compliqué que je déteste tentent de donner à tout cela une cohérence. C'est verbeux et Robert Charles Wilson embrouille le lecteur avec des termes obscurs alors qu'en fait l'explication qu'il nous livre est somme toute très simple voire banale.

Je ne suis jamais rentré dans le récit et j'avoue avoir lutté pour arriver au bout de ces 444 pages. Robert Charles Wilson qui est d'habitude si fort pour construire des personnages attachants se plante sur toute la longueur. Ceux ci sont transparents et même Guilford Law qui est celui auquel le lecteur doit pouvoir s'identifier n'arrive pas à émouvoir. La patte Robert Charles Wilson n'est que trop rarement présente et Darwinia est pour moi une grosse déception. Heureusement que l'auteur s'est rattrapé par la suite.

Ils en parlent également :
Guillaume44, Arutha, Le Cafard Cosmique

CITRIQ

Challenge Winter Time Travel

6 commentaires:

Gromovar a dit…

Ca m'a aussi gravement gonflé.

BiblioMan(u) a dit…

Idem ! Et je n'ai pas eu ta patience non plus, je n'ai pas été au bout. Niveau personnages, j'avais eu un peu la même impression avec le "Vaisseau des voyageurs" mais "Spin" et "A travers temps" par exemple, ont nettement renversé la tendance.

Julien le Naufragé a dit…

Je suis justement occupé à le lire. Certaine partie se laisse bien lire, d'autres trainent. On dirait une oeuvre de jeunesse... Loin de ce qu'il a fait dernièrement. Cela manque de descriptions sur le nouveau continent et les personnages ne sont pas aussi fouillé que dans ces derniers romans. Mais bon, je continue... et ne m'attend pas à un excellent roman depuis le début, donc ça passe. Mais on est loin des "Spin" et autres "Chronolithes" bien sur!

Pitivier a dit…

C'est vrai que ca fait un peu brouillon. Tu me diras ce que tu en penses une fois terminé, mais plusieurs fois j'ai eu le sentiment que Darwinia était une sorte de coup d'essai de Spin.

Guillaume44 a dit…

La fin est une catastrophe.

Phooka a dit…

Un livre qui me tentait depuis longtemps et que je peux visiblement rayer de ma très (trop) longue liste de tentations!

Enregistrer un commentaire

Attention : Tout commentaire Anonyme sera systématiquement effacé.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.